Le Grand Jabadao

ISBN: 9791030800609

Genre: Littérature générale

Date de parution: 08/02/2022

Prix: 17€

Exemplaire du tirage de tête: 68€

Le Grand Jabadao

« J’ai publié mes premières nouvelles au Dilettante en janvier 1988. J’avais vingt-huit ans et la plaquette, tirée à 666 exemplaires, comptait quarante-quatre pages. Depuis, au gré des quatre dernières décennies, j’ai donné à Dominique Gaultier, son grand timonier, plusieurs textes courts. Il les a toujours accueillis avec curiosité, humour et persévérance. L’enseigne du chat qui somnole sur un bouquin continue donc à battre pour moi, tel un drapeau. Rassurante comme un repère dans le temps qui passe, précieuse comme une amitié au long cours. »

J.-L. C.

Résumé :

Balader son prochain, comme chacun sait, est tout un art qui s’entend de deux façons : tromper dans les grandes largeurs ou emmener en promenade. Coup double pour Scorff, le galeriste parisien d’un Grand Jabadao, sixième excursion organisée pour Le Dilettante par Jean-Luc Coatalem, que deux Bretons retors vont mener en bateau avec un sens consommé de la combinazione. Car, quand on est marchand d’art et qu’on racle le fond, autant se rattraper à toutes les bouées possibles. Celle de Scorff s’appelle les frères Kerven, Zac et Bram. Deux roux de Landévennec, sortis de nulle part, flanqués d’un molosse et d’une fille louche, Saskia, qui s’enorgueillissent de posséder une version Gauguin de L’Origine du monde :"deux cuisses ouvertes sur un aplat bleu, un bleu cobalt, pareil à un ciel saturé". Et toutes les planètes semblent alignées : signature ad hoc, décor d’époque, et surtout scénario avéré, l’oncle Paul ayant tiré le portrait, un soir de solitude, de Marie Poupée, la délicieuse aubergiste bretonne qui l’hébergeait, lui et ses amis corsaires de la palette. Scorff mord à l’hameçon, agite son réseau, les frères Kerven n’ont plus qu’à mouliner, se rêvant déjà partis outre-Atlantique. Mais leurs visions d’ailleurs vont devenir un Eldorado de la Méduse. En solide boucanier-conteur, Coatalem barre son récit d’une main ferme, jouant avec virtuosité des fausses pistes et des hauts-fonds, des faux naïfs et des idiots utiles, lançant dans une sarabande diabolique ce petit monde rêveur et cupide. Cette danse qu’en Basse-Bretagne on nomme justement le jabadao…

On en parle :

 

« …l’imprévisible et si doué Coatalem est à son meilleur. »
Jérôme Garcin, La Provence, 5 juin 2022

« La Coquine du Gauguin

Coatalem s’amuse avec brio avec cette intrigue rocambolesque sur un fond très plausible et bien documenté…
C’est original, savoureux, et gentiment coquin. »
Jean-Claude Perrier, Livres Hebdo, février 2022

« Doué pour le burlesque (on l’ignorait), Coatalem reste cet écrivain mélancolique capable, entre deux scènes de série B, de dire d’un ciel qu’il avait « des éclipses et des regrets »…
Poète et cocasse à la fois… »
Jérôme Garcin, L’Obs, 14 avril 2022

« Vite, vite, un film !
Déguisé en ethnologue simenonien, expert en Gauguin, Coatalem teinte son récit de pigments rougeoyants et ocre en provenance d’irréelles Marquises, mais il les tamise avec des brumes septentrionales.
La pointe du Raz se trouverait-elle en Polynésie ? Avec les travel writers, on ne sait jamais. »
Jean-Paul Enthoven, Le Point, 24 mars

« Coatalem prend le parti d’en rire et rappelle qu’on peut jouer avec le roman de gare et le tirer vers le haut.

Les rebondissements s’enchaînent dans cette série B écrite avec style et esprit, comme si Alexandre Vialatte s’essayait au polar.
On pense aussi à certaines nouvelles de Roald Dahl, on rêve à l’adaptation qu’en feraient les frères Coen s’ils étaient familiers de la région de Concarneau.
C’est ça, ce livre : un savoureux mélange de far et de Fargo ! »
Louis-Henri de La Rochefoucauld, L’Express, 10 mars 2022

« Jean-Luc Coatalem, le poète de l’ailleurs
Formé à l’école du voyage, l’écrivain publie un polar burlesque dont l’action se déroule au cœur de la Bretagne qui est, comme chacun sait, aussi exotique que les îles du Pacifique.

Une réflexion profonde sur l’art, où le vrai, le faux, la copie s’entremêle et font perdre la tête. »
Jean-René Van der Plaetsen, Le Figaro Magazine, 18 février 2022

« Du rififi chez les Bretons

Un roman noir truculent et cocasse… La réussite de l’exercice repose aussi sur les personnages.
Les décors finistériens deviennent des personnages tour à tour inquiétants et apaisés.
À l’image de ce roman, comédie noire bretonne aux airs de saudade, où le rire se teinte de désenchantement. »
Christian Authier, Le Figaro Littéraire, 27 janvier 2022

« On rit beaucoup dans cette comédie bretonne déjantée mais érudite, aux dialogues ciselés façon Tontons flingueurs. »
Isabelle Bourgeois, Avantages, Février 2022

« Jean-Luc Coatalem, un crack, fait bon usage de la bâche de chantier comme du Berlingo full access et signe un petit noir bien serré à siffler d’une traite. Embarquement immédiat »
Fabrice Delmeire, Le Vif/ L’Express, février 2022

« le roman navigue jusqu’à l’île au trésor avant de dériver vers des rêves variés de fortunes improbables.
Pittoresque et inquiétant »
Pierre Maury, Le Soir (Belgique), 26-27 février 2022

« Coatalem a rassemblé tous les ingrédients d’une histoire déjantée.
C’est drôle, avec une pointe de tragique aussi. »
Didier Gourin, Ouest-France, 12 mars 2022

« Suspense subtilement construit, souvent hilarant, ce roman est mené tambour battant par un Coatalem au meilleur de sa forme.

Des dialogues à la Michel Audiard, un vocabulaire aussi riche que savoureux, une galerie de portraits ciselés… Coatalem a du souffle. »
Jean Bothorel, Le Télégramme, 30 janvier 2022

« Sur ses terres bretonnes fétiches, Jean-Luc Coatalem façonne un récit à facettes nourri de sa fine connaissance de la vie de Gauguin et d’esprit romanesque.

Que l’imaginaire soit !, s’exclame l’un des personnages. Entre ces pages, il se déploie sur un rythme endiablé. »
Frédérique Bréhaut, Le Maine Libre, 4 février 2022

« C’est au rythme alerte d’une danse folklorique bretonne que Jean-Luc Coatalem entonne Le Grand Jabadao.
Usant d’une langue qui cultive agréablement le mystère, il fait gambiller en cadence quelques personnages mis en présence d’un tableau de Gauguin méconnu… »
Daniel Fattore, La Liberté, 30 janvier 2022

« Une comédie armoricaine qui sent bon la nostalgie de ses lectures de jeunesse.
En tout cas, un roman ébouriffant comme une bourrasque bretonne. »
Isabelle de Montvert-Chaussy, Sud-Ouest, 27 février 2022

Coatalem met en scène un cocasse micmac artistique et s’amuse à faire valser des pantins dérisoires.
Laurent Dandrieu, Valeurs actuelles, 17 février 2022

« Le grand jabadao » : le charivari breton de Coatalem
A partir d’une enquête autour d’un Gauguin plus ou moins authentique, Jean-Luc Coatalem orchestre une farandole bretonne dans un polar plein d’humour et d’embruns.
C’est ce charivari breton que reproduit ce polar loufoque, où l’intrigue se déploie en une multitude de points de vue et de voix, pour mieux orchestrer la folle farandole.
Adrien Gombeaud, Les Échos, le 27 mars 2022

« Écrivain-voyageur, celui que l’on surnomme « le gecko breton », Jean-Luc Coatalem s’essaie dans le roman policier, façon tonton flingueur.
Le Grand Jabadao, son dernier récit nous transporte au fin fond du Finistère, et dans les coulisses du marché de l’art à la poursuite d’une toile inconnue de Gauguin.
Un roman noir décomplexé pavé d’intentions littéraires. »
Thierry Dussart, Singulars

 

 

« Coatalem s’amuse avec brio avec cette intrigue rocambolesque sur un fond très plausible et bien documenté… C’est original, savoureux, et gentiment coquin. »
Jean-Claude Perrier, Livres Hebdo, février 2022

RADIO

Qu’ont pensé les critiques du Masque et la Plume du « Grand Jabadao, de Jean-Luc Coatalem, le 3 juillet 2022 ? à partir de la 32ème minute :

 

Polar désopilant, livre magnifique, sotie élégante.
C’est vraiment un roman jouissif, c’est plein de malice, d’intelligence, de subtilité dans la drôlerie… Une mécanique narrative qui est parfaite, avec un faux sérieux irrésistible. Il y a aussi une mise en abîme qui est réjouissante… C’est extrêmement subtil, très fort aussi dans le registre de la description; il a un art de camper des atmosphères, de dessiner des portraits… et quand il parle de la peinture !!
Jean-Claude Raspiengeas

J’adore Coatalem, c’est un auteur inventif.
Il y a un côté extrêmement ludique dans l’invention de l’histoire, c’est merveilleux. Les jumeaux ont fait mon bonheur, ils sont dingues mais qu’est-ce qu’ils sont drôles.
Patricia Martin

Un côté foutraque qui fait le charme du livre.
Arnaud Viviant

Très très drôle, très bien.
J’étais complètement dedans. Le galeriste est génial, ce  sont tous de super bons personnages.
Nelly Kaprièlian

Partez en vacances avec Le Grand Jabadao !
Jérôme Garcin

PRESSE NATIONALE

 


« …un absolu bonheur de lecture. »
Xavier Houssin, Le Monde des Livres, 5 mai 2022

 

« Le grand jabadao », un polar sur les traces de Gauguin : la critique d’Éric Naulleau

 

 


« Doué pour le burlesque (on l’ignorait), Coatalem reste cet écrivain mélancolique capable, entre deux scènes de série B, de dire d’un ciel qu’il avait « des éclipses et des regrets »… Poète et cocasse à la fois… »
Jérôme Garcin, L’Obs, 14 avril 2022

 


« Vite, vite, un film ! »
Jean-Paul Enthoven, Le Point, 24 mars

 


« …polar loufoque, où l’intrigue se déploie en une multitude de points de vue et de voix, pour mieux orchestrer la folle farandole. »
Adrien Gombeaud, Les Échos, 28 mars 2022

 

 

 


« …comme si Alexandre Vialatte s’essayait au polar… »
Louis-Henri de La Rochefoucauld, L’Express, 10 mars 2022

 


« …une réflexion profonde sur l’art… »
Jean-René Van der Plaetsen, Le Figaro Magazine, 18 février 2022

 

 


« Un roman noir truculent et cocasse… la réussite de l’exercice repose aussi sur les personnages. »
Christian Authier, Le Figaro Littéraire, 27 janvier 2022

 

« …avec Coatalem, toujours on embarque. »
Olivier Barrot, Pleine Vie, mai 2022

 


« Coup de maître. »
Marc Gadmer, Femme Actuelle, 22 mars 2022

 

 


« Plongez à corps perdu dans une histoire où la noirceur est illuminée par des éclats de loufoquerie. »
Dominique Roger, Détours en France, 11 avril 2022

 

 

 

PRESSE QUOTIDIENNE RÉGIONALE


« …l’imprévisible et si doué Coatalem est à son meilleur. »
Jérôme Garcin, La Provence, 5 juin 2022


« …tous les ingrédients d’une histoire déjantée… C’est drôle, avec une pointe de tragique aussi. »
Didier Gourin, Ouest-France, 12 mars 2022

 

 

« Des dialogues à la Michel Audiard, un vocabulaire aussi riche que savoureux, une galerie de portraits ciselés… Coatalem a du souffle. »
Jean Bothorel, Le Télégramme, 30 janvier 2022

 


« Sur ses terres bretonnes fétiches, Jean-Luc Coatalem façonne un récit à facettes nourri de sa fine connaissance de la vie de Gauguin et d’esprit romanesque. »
Frédérique Bréhaut, Le Maine Libre, 4 février 2022

PRESSE INTERNATIONALE

« Jean-Luc Coatalem, un crack… »
Fabrice Delmeire, Le Vif L’Express, février 2022

 

 

« C’est au rythme alerte d’une danse folklorique bretonne que Jean-Luc Coatalem entonne Le grand jabadao. Usant d’une langue qui cultive agréablement le mystère, il fait gambiller en cadence quelques personnages mis en présence d’un tableau de Gauguin méconnu… »
Daniel Fattore, Le Télégramme, 30 janvier 2022

WEB