Le Syndrome du golem

ISBN: 9791030800548

Genre: Littérature générale

Date de parution: 05/01/2022

Prix: 20€

Exemplaire du tirage de tête: 80€

Le Syndrome du golem

Arnaud Vogel est placé par son père, à l’heure de l’avènement des « rouges », en 1982, dans un institut suisse confidentiel où s’éduque l’élite de demain, celle qui parlera l’espéranto. Scout quatre étoiles, il y vit au grand air et à la dure parmi d’autres ados, couvés à la trique par Jonathan et le couple Eggenberger. Quand le trio disparaît, Arnaud prend l’ascendant sur un groupe dont il organise la survie de plus en plus âpre et sauvage, une épreuve initiatique que couronne l’apparition soudaine, en pleine montagne helvétique, d’un yeti assassin. S’articule à cette petite saga vernienne la sombre histoire de Petr Ginz, juif espérantiste tchèque, qui tente, vainement, de contrer l’effroyable destin des siens en invoquant les grandes icônes de l’imaginaire dont ce golem moderne, grand piétineur de cités, qu’est le King Kong de Schoedsack et Cooper. Vient se coudre à cette tragédie la geste fantastique, au cœur du Tibet secret, de deux alpinistes, Heim et Gansser, dont la quête aboutira, parmi les ruines d’une cité perdue, à la découverte d’un anthropoïde singulier. Trois parties qui laissent circuler une énergie narrative remplie de ferveur, de mystère et de merveilleux, liées par le thème des rapports entre réel et imaginaire, le destin européen et l’histoire de cette grande utopie qu’est l’espéranto.

Résumé :

Bizarrement, c’est moins le golem éponyme, le seul, l’unique, modelé à coups de pouce rageur, et dans une épaisse argile, par le rabbin pragois Judas Loew Ben Bezalel, qu’évoque le formidable roman de Mikaël Hirsch, que la créature de Frankenstein, colosse couturé et titubant fait de bric charnel et de broc osseux. Écoutez plutôt : ouvre ce bal étrange"L’Institut", première partie, où l’histoire d’Arnaud Vogel, placé par son père, à l’heure de l’avènement des "rouges"  en 1981, tel au coffre un lingot de platine, dans un institut suisse confidentiel où s’éduque l’élite de demain, celle qui parlera l’espéranto dont les trois prophètes : Ludwik Zamenhof, le fondateur, Petr Ginz, le martyr, et Peter Lantos, le mécène sont les saints tutélaires. Scout quatre étoiles, il y vit au grand air et à la dure parmi d’autres ados, petite escouade que couvent à la trique Jonathan et le couple Eggenberger. Trio qui disparaît subitement un jour, rapté par un hélicoptère. Arnaud prend alors l’ascendant sur un groupe dont il organise la survie de plus en plus âpre et sauvage, une épreuve initiatique que couronne l’apparition soudaine, en pleine montagne helvétique, d’un yeti assassin. S’articule à cette petite saga vernienne la sombre histoire de Petr Ginz, juif espérantiste tchèque, qui tente, vainement, de contrer l’effroyable destin des siens en invoquant les grandes icônes de l’imaginaire dont ce golem moderne, grand piétineur de cités, qu’est le King Kong de Schoedsack et Cooper. Vient se coudre à cette tragédie la geste fantastique, au cœur du Tibet secret et sur la route mystique du mont Kailash, de deux alpinistes, Heim et Gansser, dont la quête aboutira, parmi les ruines d’une cité perdue, à la découverte d’un anthropoïde singulier, chaînon manquant mélancolique et furieux qu’ils ramèneront en Europe pour le lâcher en pleine nature. L’ultime partie,"La Communauté"livrera de ce triptyque halluciné quelques clés d’interprétations et d’explicitations. Trois parties qui échappent à toute disparate pour laisser circuler entre elles, liées par les thèmes des rapports entre réel et imaginaire, le destin européen et l’histoire de cette grande utopie qu’est l’espéranto, une énergie narrative remplie de ferveur, de mystère et de merveilleux.

On en parle :

RADIO

« Quelque part entre Jules Verne, Mary Shelley et Tintin au Tibet, ce récit remarquablement construit obéit à une logique semblable à celle
du rêve dans lequel le moindre détail est susceptible d’ouvrir l’imaginaire à d’autres mondes, d’autres fictions. »
Nicolas Julliard pour l’émission QWERTZ de la RTS.

PRESSE NATIONALE


« …un roman souvent drôle, cependant zébré par les secrètes blessures, les détresses sans nombre et les regrets irréversibles que provoque l’échec d’une utopie. »
Sébastien Lapaque, Le Figaro Littéraire, 17 mars 2022

 


« … remarquable roman, dont l’atmosphère empreinte de kabbale rappelle les univers de Kafka et Borges. À la fois léger et labyrinthique, drôle et mystique… »
Youness Bousenna, Télérama, 19 janvier 2022

 

 

 


« Son roman dense et foisonnant fait tour à tour songer à Jules Verne, Tintin au Tibet et Frankenstein… »
Olivier Maulin, Valeurs Actuelles, 10 février 2022