Je préfère ne pas

ISBN: 9791030800302

Genre: Fragments

Date de parution: 06/01/2021

Couverture : Camille Cazaubon

Prix: 15€

Prix numérique: 7,49€

Exemplaire du tirage de tête: 60€

Je préfère ne pas

Plus de quarante ans que ce joyeux sociologue impertinent se moque des travers de notre époque. Dans ce recueil très personnel, Alain Schifres, l’auteur des Parisiens et de Sympa, nous explique avec son mauvais esprit et ses belles humeurs comment résister à cette dure époque grâce à l’évitisme dont la règle d’or est : je préfère ne pas.

 

Résumé :

"Respirer, c’est déjà consentir"a écrit Henri Michaux. Dès le départ, dès le premier cri, le premier souffle, on a donc signé, embarqué de force, on a sa place en fond de soute de la commune galère et son numéro de rameur. Rompre sera dur et demandera une ascèse impitoyable. D’où la nécessaire lecture que représente Je préfère ne pas d’Alain Schifres, manuel pince-sans-rire de désarrimage généralisé, ABC de la rupture franche pour tous ceux qui ont décidé, une fois pour toutes, qu’on ne les aura pas vivants, qu’il n’y a plus d’abonné au numéro demandé. Adossé au Bartleby de Melville et propulsé par la doctrine"évitiste"de l’Américain Roger Price, il nous enseigne l’art et la manière de contourner cet obstacle tenace qu’on appelle le monde tel qu’il va, de scruter le ciel en plein carrefour, de tendre son hamac en travers d’une sortie de secours, bref, d’être un"champion du faire-semblant", de paraître en être alors qu’on a fui depuis longtemps. Art du"regard en coin sur les choses"qui dégonfle les baudruches domestiques, le Quid ou la convention d’obsèques, le téléphone à l’ancienne ou la mode des condiments, met à mal dieux lares de la culture contemporaine tels le journaliste complice, le cadre en son confort, la biodiversité ou la novlangue. L’évitiste qui se respecte met en place un certain nombre de pratiques salvatrices : regarder la télé sans le son, entonner une ode aux moucherons morts qui paraient les pare-brise. L’évitisme, et Schifres nous le prouve, est bien un humanisme de haut vol, notre unique voie de salut, celui qui riposte à l’urgence par la sieste et oppose aux dictatures du moment le dandysme forcené de l’inadéquation.