Triste nouvelle…

Nous avons la tristesse de vous annoncer le décès de Anne-Marie Adda survenu le 9 avril.

Elle a été de l’aventure du Dilettante dès le début – et même avant – et ce durant de longues années. Elle a su donner un écrin unique aux publications du Dilettante, qui a contribué à sa reconnaissance. Par fidélité à son travail, nous espérons continuer à faire vivre longtemps son logo.

 

 

Vincent Ravalec a souhaité écrire ces quelques lignes en hommage à Anne-Marie.

Dominique m’a appris ce matin le décès d’Anne-Marie Adda. Pour qui s’intéresse au Dilettante, c’est une partie de son histoire qui disparaît, et non des moindres, puisque Anne-Marie faisait partie de la bande originelle de la Butte-aux-Cailles, et qu’elle a conçu, si je ne m’abuse, toutes les couvertures du Dilettante pendant de nombreuses années. C’est en partie grâce à elle, du coup, que je me suis arrêté devant le stand de cet éditeur au Salon du livre, que je ne connaissais pas, parce qu’elles étaient colorées, marrantes, et que je leur ai envoyé mon premier recueil de nouvelles, Un pur moment de rock’n’roll. C’est Anne-Marie ensuite qui, lorsque mes manuscrits furent retenus, en a dessiné les couvertures. C’était à chaque fois un plaisir et une surprise. Et quand j’ai fait des romans ailleurs c’est elle aussi que j’ai sollicitée. Cantique de la Racaille, Wendy, Nostalgie de la Magie noire. Tous mes premiers livres sont colorés, au propre et au figuré, de ses illustrations, qui collaient bien avec ce que j’avais en tête, un mélange de baroque, de fantaisie, de références classiques, mais détournées avec une touche populaire. Un mélange de pompier et de Bibliothèque rose. On a fait aussi un livre pour enfant, que j’aime beaucoup, dont les illustrations sont très réussies, Pourquoi les petits garçons ont-ils toujours peur que leur maman les abandonne dans une forêt sombre et noire ? Ensuite on s’est perdus de vue, un peu fâchés, je crois. Anne-Marie avait mauvais caractère. Ce n’est pas une raison pour que le Bon Dieu ne lui ouvre pas les portes du paradis, non ?

Rendez-nous les bancs, par Laurent Graff

10/04/2020

Petit lexique médiatique du coronavirus, par Cécile Villaumé

10/04/2020