Procédure Dublin

Découvertes

ISBN: 9791030800128

Genre: Roman

Date de parution: 03/06/2020

Prix: 17€

Exemplaire du tirage de tête: 68€

Procédure Dublin

Découvertes

Tu as soixante ans et des poussières. Retraitée, divorcée. Bénévole dans une structure d’accueil pour femmes à la rue où tu rencontres Aminata, jeune migrante déboutée du droit d’asile. Un règlement européen, dit « procédure Dublin », stipule qu’elle doit demander l’asile dans le premier pays où elle a laissé ses empreintes, en l’occurrence l’Italie. La police l’a placée dans un centre de rétention, près de Rouen, en attendant d’y retourner sous bonne garde. Tu décides de lui rendre visite là-bas, à trois cents kilomètres de chez toi, en plein hiver. Pourquoi ? Tu ne sais presque rien d’elle, sinon qu’elle va très mal. Que lui diras-tu, quel réconfort peux-tu lui apporter, sachant que tu ne la reverras probablement jamais ?

J. J.

Catégorie :

Résumé :

Écrit à la deuxième personne du singulier, Procédure Dublin rayonne d’une présence amie, mais garde jalousement son mystère, entre mise à distance et confession. Une proximité particulière qui redouble la force d’un récit tanguant constamment entre l’acharnement et la désillusion, l’amitié et le désespoir. Celui que porte, inscrit à même sa chair, Aminata, jeune Malienne immigrée d’Afrique en France via l’Italie où un règlement européen (la fameuse procédure Dublin) la contraint de retourner sous bonne garde, après une incarcération sinistre dans un centre de rétention normand. Un destin marqué par la violence, qu’elle soit familiale ou administrative, une existence d’accablements et de blessures, que la narratrice décide d’assumer, de presque endosser à la faveur d’une fuite en avant amicale, quasi amoureuse. Elle-même dont les jours sont une succession d’épreuves, entre un aïeul paysan aux mains aussi noueuses que baladeuses, un ex-mari bringueur terrassé par un AVC et une mère toujours vaillante, mais dont le mode de vie lui est de plus en plus étranger. Alors, face à cette solitude, sa rencontre avec Aminata semble, paradoxalement, une bouffée d’air, une ouverture, la chance de reprendre pied dans une réalité qui ne se paie d’aucun mot, forte de la crudité vraie d’une destinée contrainte. Un"road book bluesy"et une méditation âpre, du don de soi au retour sur soi, Procédure Dublin nous offre un condensé émotionnel, sans fard ni pose, d’un tragique contemporain, présent et urgent.

On en parle :

AVANT-CRITIQUES

Procédure Dublin VSDFrançois Julien, VSD, Avril 2020

 

 

Voilà l’histoire, le fond de ce récit : le quotidien d’une jeune femme sans papier mais surtout et avant tout celui de « sa bonne fée ». (…) Toute cette histoire est écrite à la seconde personne du singulier : l’auteure s’adresse directement au lecteur, qui (…) est obligé de prendre partie, d’entrer en totale complicité avec la narratrice. Et de fait, le fond de l’histoire est le bilan d’une vie, une vie à son tournant, de ce passage si souvent redouté entre la vie dite active et la retraite, (…) ce moment où on ne se fait plus beaucoup d’illusions au niveau de la réalisation de nos rêves, de nos espoirs, mais où on essaie quand même qu’ils connaissent une réalisation, même modeste pour ne pas avoir l’impression de se renier, d’avoir passé une vie plus ou moins en décalage avec la personne que nous pensons être. (…) Un livre lucide, humain, sans aucun « pathos ». Désespérant par bien des côtés (le principal étant la situation dans laquelle le protocole Dublin plonge les immigrés sans papiers), mais réaliste, il présente un miroir dans lequel le lecteur est invité à faire un bilan de sa vie.
Emile Cougut, Wukali, 9 mars 2020

Quoi de mieux qu’un ton faussement détaché pour évoquer les centres de rétention, la violence administrative, comme un écho à celle vécue au quotidien par la narratrice, qui entrevoit dans cette amitié avec la jeune Malienne une dose d’espoir (à moins que ce ne soit une façon de digérer plus facilement le désenchantement ?). Un roman qui traite aussi de la condition féminine et qui donne un peu le blues.
Nicolas André, « Sélection », La Voix du Nord, 5 Avril 2020

Le texte de Juliette Jourdan se penche de façon juste et simple sur l’accueil d’immigrants en France. (…) La générosité de la narratrice ne fait pas d’elle une héroïne mais l’accablement qui s’acharne sur Aminata l’oblige à se tenir droite. Ce roman est une histoire de femmes qui s’épaulent pour un meilleur qui n’est pas garanti du tout. Mais ne rien tenter les ferait naufrager à coup sûr toutes les deux.
Claude Maine, Ouest France, 10 mai 2020

Un roman profondément humaniste
C’est à une double réflexion que nous invite Juliette Jourdan avec ce roman profondément humaniste où, d’une écriture limpide et fluide, elle nous dévoile d’une part le portrait sensible d’une femme dont elle fouille avec maîtrise la complexité psychologique, et où elle dénonce de l’autre le système absurde et inhumain qui régit le sort des migrants, le labyrinthe administratif où tant échouent et se perdent… Un double état des lieux, intime et tragiquement d’actualité qui prend aux tripes et nous incite à réfléchir sur notre humanité perdue… Lumineux et tranchant, superbe.
Christine Le Garrec, A vos marques… tapage, 8 mai 2020

S’investir pour exister
La description de deux mondes en mouvement qui se heurtent comme deux plaques tectoniques dans un fracas destructeur.
Denis Billamboz, Critiques libres, 2 juin 2020

 

AUDIOVISUEL

Le sujet d’Eddy Caekelberghs et l’interview de Juliette Jourdan à propos de Procédure Dublin, c’était le 5 juillet sur les ondes de RTBF La Première. Le début est à 37.55 minutes.

PRESSE NATIONALE

Un coup de gueule tonitruant.
Didier Jacob, L’Obs, 30 juillet 2020

Dans ce beau roman mêlant évocation intime et exploration sociale, une retraitée engagée dans l’humanitaire va vivre trois jours impromptus au plus près de ses contradictions… Une méditation enlevée et profonde.
Sabine Audrerie, La Croix L’Hebdo, 24 juillet 2020

Écrit comme un voyage express qui confronte en miroir deux vies issues de deux continents.
Frédérique Roussel, Libération, 13 juin 2020

PRESSE RÉGIONALE ET ÉTRANGÈRE

L’auteur, dans ce roman psychologique et sociologique, excelle à décrire tant les lieux que les sentiments, avec les détails et les mots vrais.
Lyliane Mosca, L’Est Éclair, 5 juillet 2020

Voyage au cœur de la politique migratoire
C’est un roman court, âpre, intelligent, (…) difficile à faire avec un sujet tellement sensible qu’il cristallise toutes les passions. Juliette Jourdan s’en sort avec les honneurs.
Rémi Bonnet, La Montagne, 21 juin 2020

Tout le monde d’aujourd’hui en deux cents pages
Voilà un joli petit livre comme on aimerait en voir plus souvent ! Vif, rapide, léger, sincère, astucieux, pas mal écrit, assez éclairant en définitive sur notre temps et sur l’âme humaine (…) Contrairement aux apparences, le livre n’est pas rempli de bons sentiments – pas non plus de mauvais sentiments, du reste -, mais il est plein de vie.
Robert Colonna d’Istria, Corse-Matin, 19 juin 2020

Un week-end pas comme les autres dans la vie d’une retraitée…
Entre l’empathie qui naît et la peur de braver des interdits, entre impulsivité et retenue, des nœuds et des nuances.
Pierre Maury, Le Soir, 14 juin 2020

WEB


Extrêmement documenté
sur le quotidien des demandeurs d’asile en France, ce roman n’est toutefois pas un roman de plus sur les demandeurs d’asile. Juliette Jourdan a l’écriture vive et un talent fou pour nous faire appréhender ces deux itinéraires qui se sont croisés tout en laissant au lecteur l’espace pour s’y glisser, le temps de ces pages attachantes et bouleversantes.
Lucie Cauwe, lu-cieandco.blogspot.com, 25 juin 2020

Un road-book sur la problématique des immigrés en Europe
Écrit à la deuxième personne du singulier, Procédure Dublin rayonne d’une présence amie, mais garde jalousement son mystère, entre mise à distance et confession. Une proximité particulière qui redouble la force d’un récit tanguant constamment entre l’acharnement et la désillusion, l’amitié et le désespoir.
Christian Van den Hende, Ardenneweb, 8 juin 2020