Enfantillages de Raymond Cousse, au Théâtre Darius Milhaud

Quand Raymond Cousse porte un regard d’enfant sur le monde des grands, cela donne un spectacle truculent et émouvant…

À propos du spectacle

Enfantillages nous fait voyager dans l’enfance en suivant le récit d’un petit garçon attendrissant. A travers ses yeux, les personnages défilent. Son regard se porte, tour à tour, sur le boucher, qui tue les animaux dans la cour de derrière ; le commis du boucher, dont on ne connaît l’anatomie qu’à travers la serrure de la porte ; la femme du garde champêtre dont on a tué le chat et qui redoute de se le voir servir par le boucher en guise de bifteck ; l’instituteur de la République qui a un mal fou à maîtriser sa classe, à moins que ce soit la classe qui ne maîtrise l’instituteur devenant fou ; le curé cherchant à trouver les mots justes pour expliquer ce qu’est le paradis, l’âme ; la sœur de Marcel et Marcel, l’ami pour toujours… Tout ce beau monde se croise et prend vie dans les yeux et dans les mots d’un enfant.

Un texte empreint de joie, de naïveté, de rire et d’émotion. Raymond Cousse fait le récit de l’absurdité, de la cruauté et de l’injustice du monde. Ce monologue, écrit avec une stupéfiante exactitude, un style exceptionnel, fut salué par Beckett et Ionesco.

Au Théâtre Darius Milhaud, les vendredis  à 19h00 du 3 janvier au 27 mars 2020
80, allée Darius Milhaud, 75019 Paris

Mise en scène de Serge Irlinger
Avec Laurent Mascles

Informations & réservations

Adaptation : Je voudrais que quelqu'un m'attende quelque part, d'Anna Gavalda

21/01/2020

Marion Messina : entretien pour Metropolis sur Arte

21/01/2020