Catalogue

Livres

La Méthode Sisik

GRAFF Laurent

Genre : Roman
ISBN : 9782842639198
Date de parution : 10/01/2018
Couverture : @René R.J Rohrh, Gauthier-Villars éditeur - 1965
Prix : 15,00 €
Exemplaire du tirage de tête : 68,00 €  
Pour obtenir le tirage de tête


Non pas le temps qu’il fait. Non plus le temps qui passe. Mais le temps qui s’arrête, le temps en moins. Comment ça marche ? La Méthode Sisik vous donne la recette.

Résumé

1955 : commercialisation de la Citroën DS


1967 : sortie en salles du film Le Samouraï, de Jean-Pierre Melville

 

21 juillet 1969 : Neil Armstrong, premier homme à marcher sur la Lune

 

1987 : mort de l’acteur Lino Ventura


31 mars 1995 : départ à la retraite de Grégoire Sisik

 

1er janvier 2002 : changement de monnaie, passage à l’euro

 

2004 : apparition de la caisse automatique en supermarché

 

Avril 2011: Agnès Dupont de Ligonnès et ses quatre enfants sont découverts morts à leur domicile. Le père de famille, Xavier Dupont de Ligonnès, est introuvable et devient le principal suspect.

 

2022 : mort de l’acteur Alain Delon

 

2035 : début de la guerre civile

 

2038 : changement de monnaie, passage au franco

 

2041 : Xavier Dupont de Ligonnès se livre à la justice

 

2055 : Grégoire Sisik, doyen de l’humanité

 

2060 : premiers capteurs de pensées

 

2070 : inauguration de la prison Lucile

 

2075 : changement de monnaie, passage au super-euro

 

2080 : départ du vaisseau spatial Nous Voilà, à destination de la planète Céline

 

3 février 2084 : mort de Grégoire Sisik à l’âge de cent quarante-neuf ans

 

9 avril 2084 : naissance de Céline, premier humain extraterrestre

 

2149 : atterrissage de la navette Contact sur la planète Céline

Presse

Envoûté par la perception du temps et toujours curieux de la nature humaine, Laurent Graff situe son récit entre deux planètes, dans un futur très lointain. Né triste mais pragmatique, le narrateur construit sa vie de retraité dans un évitement absolu. La répétition maniaque de chaque instant déjoue avec bonheur toute néfaste surprise ; ainsi, en abolissant toute émotion, il s'immunise contre le vieillissement. La précision du propos est portée par le ton enjoué d'un récit exaltant la monotonie des jours et la subtilité d'une écriture, aussi fine qu'humoristique, masque habilement la satire d'une société fascinée par l'éternelle jeunesse.  

L'Hebdo des Notes, 5 décembre 2017


Le temps, sa perpétuation et ses curieuses distorsions sont au coeur  de ce livre. Où s'exprime la vision absurde du monde et l'humour noir de Laurent Graff, talent original et trop rare.

Claire Julliard, L'Obs, du 4 au 10 janvier 2018


Entre roman philosophique et saga de science-fiction

Un roman qui comme dans la vie se révèle trop long dans le normal et trop court dans l’exceptionnel.

Michel Litout, L'Indépendant, 7 janvier 2018

 

WEB


Un excellent thème, un sujet d’actualité si l’on peut ainsi dire... de l’intelligence et de la finesse

Voilà une façon plus qu’originale d’aborder la problématique du temps, pas le temps qui passe ou le temps qu’il fait, mais le temps qui s’arrête. Laurent Graff, avec beaucoup d’humour, revient sur l’immortalité et le coût à payer.

Emile Cougut, WUKALI, 28 décembre 2017

 

Laurent Graff nous raconte une histoire surréaliste, drôle, « ébouriffante »

Denis Billamboz, Critiques Libres,  8 janvier 2018


Ce roman, troublant à plus d’un titre, joue entre les codes de la fable surréaliste et du roman d’anticipation, dosant à la perfection le mélange des genres, en les pimentant d’une bonne dose de philosophie sur notre rapport au temps et à la vie. L’écriture fluide et le scénario bien ficelé nous embarquent dans une réflexion profonde sans être prétentieuse. (...) Intelligent, passionnant et un peu anxiogène… Tic tac tic tac…

Christine Le Garrec, Histoire(s) de lire, 9 janvier 2018


Ce court roman à la forme de fable ou de conte pour enfants est fabuleux par ses interrogations philosophiques. Laurent Graff séduit et fascine en emportant le lecteur dans ses folies, une imagination débordante. Il traite ces sujets sérieux d’un ton léger et facétieux. Un vrai régal. On finit triste en retombant sur terre après la dernière page. Il est vrai que nous ne sommes pas encore en 2070...

Eliane Mazerm, Parutions.com, le 15 janvier 2018