Catalogue

Livres

Afin que rien ne change

CERQUEUX Renaud

Genre : Roman / Premier roman
ISBN : 9782842638986
Date de parution : 23/08/2017
Nombre de pages : 256
Couverture : Fabrice Pellé
Prix : 17,50 €
Exemplaire du tirage de tête : 70,00 €  
Pour obtenir le tirage de tête

Pour lire l'extrait PDF


S’il ne veut pas perdre littéralement la tête, E. Wynne va devoir changer les règles du marché et mener une révolution, pour conserver le pouvoir, afin que rien ne change.


Pour accéder au fichier numérique

Résumé

And the winner is... enfin ze winner, on se demande bien ce qu’Emmanuel Wynne, fringant, féroce et frénétiquement glamour héritier d’une dynastie capitaliste française vieillie en fût de chêne et mûrie dans le respect des valeurs mais businessman décomplexé, ayant tâté de tout ce qui rapporte, du sexe au jeu, peut avoir gagné à se retrouver dans une geôle bétonnée, nu comme un ver, amarré à une chaîne, nourri à ras le ciment de rogatons graisseux, abruti à plein temps par un poste de télé débitant du X, de la pop ou des jeux et surtout, surtout, matonné à mort par un quidam rigolard masqué de carton, aux allures d’extraterrestre roswellien. Bientôt on l’astreint à un entretien d’embauche en boucle pour une société conceptrice de tours en sucre, on lui fait ensuite remplir des boîtes de sucre à cadences de plus en plus soutenues. Le week-end, on le distrait. Bref, Wynne est mis en scène dans ce qui apparaît de plus en plus comme une parodie cynique et absurde de la vie du prolétaire moderne, de ceux dont il a tiré le meilleur parti. De fait, « Il ne se passait jamais rien. Il n’y avait jamais aucune surprise, bonne ou mauvaise. Le lendemain s’agglutinait à la veille pour former, jour après jour, une énorme boule d’ennui et de frustration. » N’était Garance, de tatouages couverte, qui surgit et transfigure ce quotidien carcéral avant de s’évanouir. Alors le comble du désespoir est atteint. Retour à la case cafard. Pour toujours ? Pour encore quelques boîtes de sucre ? Y a-t-il une morale à la fable de ce premier roman, qui tient de Saw et de L’Homme révolté, du torture-porn et de Pierre Bourdieu ? Peut-être celle-ci : il faut que tout change afin que rien ne change.

Presse

LA PRESSE EN PARLE


Presse

 Kidnapper des milliardaires pour changer le monde

"C'est déluré et étrange" 

Flavie Gauthier, Le Soir, du 2 au 8 septembre 2017  

 

Réveiller quelque chose chez le lecteur 

« Afin que rien ne change » est un huis clos. Retrouver l'interview de Renaud Cerqueux dans 

Le Télégramme, le 05/09/2017


Un premier roman pour Reanud Cerqueux

7 jours à Brest , septembre 2017

 

"Un an après Un peu plus bas vers la terre, recueil de nouvelles qui plongeaient déjà dans des mondes hallucinés, des univers étranges, Renaud Cerqueux explore, avec cette fable féroce, les mécanismes de la soumission et de la domination, du pouvoir, et ce qui peut finalement donner - ou pas - un sens à l’existence. Confronté à l’absurde (...), le captif fait l’objet, hors du monde, d’une expérience dont nul, même le lecteur, ne sortira indemne. Intéressant et troublant."

Franck Boitelle, Paris Normandie, le 21/09/2017

 


 

 Libraires

Bon sang qu’il est bon ce roman. Jouissif à souhait, révoltant, drôle et décapant.

Fable moderne et singulière, qui vous donnera irrésistiblement des envies de révolte et d’insurrection. Car au-delà d’une charge féroce envers un univers économique qui court à sa propre perte (non sans vouloir embarquer tout ce qui pourrait ralentir sa chute), Renaud Cerqueux nous livre un premier roman percutant, qui allie l’ironie cinglante à un réalisme brutal mais lucide. Un texte puissant qui galope sur 255 pages que l’on dévore avec l’appétit insatiable d’un trader face à l’annonce d’un plan de restructuration.

Jean Pichinoty, Librairie La Soupe de l'espace, 2017-08-10

 

Renaud Cerqueux vous ligote et vous enferme dans la plus violente des geôles, en compagnie de l'imbuvable über-patron Emmanuel Wynne.

Cynique, glaçant, terriblement actuel, ce livre est une arme au poing. Un outil d'insurrection. Emparez-vous en !

Caroline Mucchielli, Librairie Dialogues, Brest

 

"On le savait, Renaud Cerqueux est un homme aux multiples talents. Musicien, déjà (de rock (forcément, il est brestois)). Scénariste de BD, aussi. Et mâtin, quels albums ! L’inénarrable « Dérapages », et le non moins truculent « Syndrome de Warhol », avec l' excellent David Cren au dessin (ouvrages qui font naturellement partie du fond indispensable de toute librairie qui se respecte (venez donc, j'en ai)). Traducteur, également. Auteur d'un recueil de nouvelles (fraîches et décalées) sorti en 2016 aux éditions Le Dilettante. Et voici que paraît « Afin que rien ne change » , au Dilettante, encore.
L’histoire d'un enlèvement et d'une séquestration : Emmanuel Wynne, milliardaire (pas méchant, un chouïa décadent, peut-être , mais bon, il est milliardaire, il ne fait pas vraiment exprès ) se retrouve isolé, enchaîné dans une pièce froide et crasseuse. Sans demande de rançon, d'ailleurs. C'est une expérience, en quelque sorte. Une forme d'apprentissage rapide autour de la notion de Travail, et il va falloir mouiller la chemise...
Huis-clos grinçant, caustique, jubilatoire, plein de révolte et parsemé pile ce qu'il faut de cynisme. Bref, un cocktail sacrément réussi pour un premier roman !"

David Bars, Librairie Gwalarn, Lannion

 

 

Web

Roman rageur et féroce qui dégage des relents de révolution qui gronde, doucement mais sûrement, face aux dysfonctionnements d’une société qui a perdu de vue son humanité.

Christine Le Garrec, Histoire(s) de lire N°22, 23 août 2017

 

Le livre de Renaud Cerqueux vaut par les descriptions justes et minutieuses de l’aliénation quotidienne, de la réification des individus dans une hémorragie de sens. « Afin que rien ne change » vaut aussi pour sa fin. Une apothéose de cynisme à la hauteur de l’époque.

Spalux.TVBlog- 19/09/2017