À découvrir




Vilrouge Marc

Marc Vilrouge est né lé 9 mai 1971 à Enghien-les-Bains. Taureau ascendant Lion. Lui qui déteste la chaleur et la couleur rose, le destin l’oblige à passer dix-neuf ans sous le cagnard toulousain : son supplice de Tantale. Premier choc littéraire : Oui-Oui pêche la lune. Dernier : Marguerite Duras et Ernst Jünger. Adore sa maman autant qu’il la craint. Adolescent bourré de tics et de tocs, il s’enfuit à 20 ans pour Paris où on lui passe enfin la camisole de force chimique. Voue depuis un culte aux psychotropes. Dort plus de huit heures par jour. S’il accorde autant d’importance à son sommeil, c’est qu’il y mène une double vie depuis 33 ans. La phrase qui a donné un sens à sa vie à 27 ans est de Jünger : "Une fois que l’esprit a assigné sa place à la mort, il guérit, en un sens supérieur de ce terme : il reconnaît en sa vie un chemin qui reçoit tout son sens. C’est dans l’univers, non dans l’individu, qu’elle a son domaine. Là, la mort est sa servante, et non sa souveraine." Ainsi soit-elle. Marc Vilrouge meurt le 15 janvier 2007, à l’âge de 35 ans.

En savoir +
Sainte-Croix-Loyseau

Christian Belle, dit Basile Sainte-Croix ou Sainte-Croix-Loyseau, est né le 2 juillet 1901. Diplomate et poète, il a publié en l’espace d’une décennie six plaquettes et recueils dont trois furent accueillis par l’éditeur Guy Lévis-Mano : Blues (1935), Chimères (1935), Dépêches au cerf-volant (1936), Points morts (1937), Lettres des alizés (1938) et Chants de passe (1946). À peine entré dans la confrérie des poètes consulaires, Sainte-Croix-Loyseau a choisi de se taire. Il a disparu le 26 février 1987.

En savoir +